Le projet

Image

Le projet Ci-RES : Création de Capacités Institutionnelles d’Intégration des Réfugiés dans l’Enseignement Supérieur (2020 – 2023)

Coordonné par l’Université Sétif 2. Coordinatrice. Pr. Naouel Abdellatif Mami

Pour la première fois, Une université algérienne a pu décrocher la coordination d’un projet de recherche international dans le cadre du programme Capacity-Building in Higher Education financé par la Commission Européenne.

Plus ...
  • Intitulé du projet
  • Programme
  • Numéro de référence du projet
  • Coordinateur
  • Partenaires
  • Durée du Project
  • Objectif principal
  • Obejctifs spécifiques
  • Work Packages (Lots de travail)
  • Pourquoi un projet sur les réfugiés à l’université Sétif 2
  • Les domaines abordés
  • Données statistiques justifiant de l’importance de développer un tel projet
  • Les groupes cibles
  • Résultats concrets
  • Personne de contact

Création de Capacités Institutionnelles d’Intégration des Réfugiés dans l’Enseignement Supérieur

Commission européenne, Erasmus +/KA2 - Renforcement des Capacités dans le domaine de l'Enseignement Supérieur

610023-EPP-1-2019-1-DZ-EPPKA2-CBHE-SP

Professeur. Naouel ABDELLATIF MAMI. Vice-Recteur Chargée des Relations Extérieures. US2, Université Mohamed Lamine Debaghine - Sétif 2, Algérie

Partenaires Européens:

  • UR, Université La Rioja – Espagne, P6
  • UDC, Université de La Corogne – Espagne, P7
  • UNIMED, Union des Universités de la Méditerranée, Italie, P8
  • UNIBG, Université de Bergame, Italie, P9
  • UP1, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, France, P10

Partenaires Algériens:

  • MESRS, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, P2
  • UKMO, Université Kasdi Merbah – Ouargla, P3
  • UAMB, Université Abderahamane Mira – Bejaïa, P4
  • UMMTO, Université Mouloud Maameri – Tizi-Ouzou, P5

De 15 Janvier 2020 au 14 Janvier 2023

Le projet vise à créer des capacités institutionnelles pour l'intégration des réfugiés dans l'enseignement supérieur algérien (Coopération Université – Université & Université - Société). Le projet est considéré comme une expérience pilote qui propose d’une part le réaménagement de la structure organique et fonctionnelle des établissements de l’enseignement supérieur partenaires du projet afin de répondre aux problèmes actuels d'intégration effective des réfugiés au sein des établissements de l'enseignement supérieur, et d’autre part l’élaboration de mécanismes normatifs et institutionnels favorisant l’intégration de cette catégorie dans l’enseignement supérieur.

* Renforcer les connaissances et les compétences du personnel académique et administratif pour une meilleure prise en charge des réfugiés à l’université ;

* Élaborer des mesures d’insertion concrètes des personnes réfugiées souhaitant intégrer le système de l’enseignement supérieur algérien à travers une étude prospective des besoins et des difficultés des réfugiés sur tous les niveaux d’intégration ;

*Réécrire et reformuler les règlements internes des EES partenaires à travers l'introduction de dispositions relatives au statut des réfugiés, leurs droits et leurs obligations pour mieux définir l’accès, l’organisation du parcours de formation et l’insertion des réfugiés dans la vie universitaire;

*Élaborer un dispositif d'accueil des réfugiés au sein des ESS partenaires à travers la création d’un bureau centralisé au niveau des vice rectorats chargés des relations extérieures ayant pour mission la prise en charge des réfugiés ainsi que des bureaux annexes, au niveau de chaque faculté, rattachés au vice doyen chargé des relations internationales de l'ensemble des universités partenaires ;

*Créer un comité chargé de l’accompagnement académique et professionnel des réfugiés durant leur parcours de formation ;

*Créer et réglementer les mesures institutionnelles pour la valorisation des diplômes et des compétences des réfugiés, à travers la reconnaissance des crédits, le système d'équivalences des diplômes, et des compétences scientifiques de ces derniers ;

*Renforcer la volonté gouvernementale en faveur des réfugiés à travers la participation du Ministère de l'Enseignement Supérieur Algérien dans l’insertion de ces mesures dans le dispositif réglementaire déjà existant ;

*Favoriser l’accès à l’emploi des personnes réfugiées à travers la création d’un dispositif d’accompagnement des réfugiés vers l’emploi en mobilisant le service public de l’emploi et de l’employeur qui travaillera avec le centre des carrières de l’université et le bureau de liaison professionnelle ;

*Aider à promouvoir la culture des réfugiés et le dialogue interculturel à travers le partenariat avec la société civile et la communauté locale par l’organisation d’activités culturelles et sportives.

-Pour chaque WP, il y a un tandem de coordination : coordinateur et co-coordinateur

-Tous les partenaires doivent contribuer à toutes les activités

-Troix (03) WP de développement et Trois (03) WP transversaux: Qualité/Dissémination/Management.

-Cohérence d’ensemble entre tous les WP.

  • WP1 : Recueil de données et identification et sélection des bonnes pratiques
  • WP2 : Développement : Renforcement des capacités à travers des cours théoriques, des ateliers pratiques et des stages de perfectionnement
  • WP3 : Développement : Mise en pratique opérationnelle d'intégration des réfugiés.
  • WP4 : Diffusion et exploitation des résultats
  • WP5 : Plan de qualité
  • WP6 : Gestion et management du projet

Le projet Ci-RES « Création de Capacités Institutionnelles d’Intégration des Réfugiés dans l’Enseignement Supérieur est un projet structurel national (région 3) qui répond aux priorités nationales algériennes pour la catégorie 2 sur "l'amélioration de la gestion et des actions au niveau des institutions de l'enseignement supérieur". Il touche à la thématique nationale "services de l''université" et ce à travers la création et/ou la reformulation des services des établissements universitaires algériens partenaires du projet (en particulier) et de l'ensemble des universités algériennes (en général) à travers l'implication du MESRS algérien qui permettra par son pouvoir décisionnel de garantir l'application des mesures proposées par le consortium Ci-RES au niveau des services universitaires nationales.

Le projet tente de proposer de nouveaux services universitaires à travers la création d'un bureau dédié à l'accompagnement et au suivi des réfugiés à travers la création d'un guide institutionnel et d'un règlement interne. Les membres du service de suivi des réfugiés seront affilés au vice rectorat chargé des relations extérieures des universités algériennes et travaillera en étroite collaboration avec le service de liaison professionnelle de l'université.

Au niveau régional, et toujours dans la catégorie 2, le projet touche à la priorité de "l'équité, l'accès à, et la démocratisation de l'enseignement supérieur à travers l'intégration des groupes vulnérables, des peuples et des régions. Il attache une importance particulière à la question des réfugiés et de leur intégration sociale et professionnelle en générale et au sein des établissements universitaires en particulier. Le rôle du ministère comme partenaire principal serait de légitimiser et de réglementer les actions entreprises par le consortium afin de les généraliser à l'ensemble des universités algériennes. Le projet propose une étude prospective de la situation des réfugiés qui transcende l'effectif actuel dans l'enseignement supérieur afin de proposer des mesures effectives et pérennes pour les futures générations de réfugiés actuellement scolarisés au primaire, au moyen et au secondaire et qui sont en croissance rapide chaque année. Selon le rapport mondial sur l'éducation 2019, la population de réfugiés à l’âge scolaire pourrait atteindre 22% d'ici 2030.

Le projet permet de mettre en relief les difficultés d'intégration au niveau de chaque établissement supérieur algérien partenaire au niveau social, académique et professionnel et propose des solutions concrètes à travers, la formation, le service et les activités culturelles, sportives et professionnelles. Ces activités touchent les trois catégories principales de la communauté universitaire : 1 les réfugiés, 2. le personnel académique et 3. le personnel administratif. Et travaillera en étroite collaboration avec les ONGs et la société civile.

Finalement, il propose des mesures opérationnelles à travers la création du bureau des affaires des réfugiés et le règlement interne.

- L'accès des personnes défavorisées

- L'intégration des réfugiés

- Equité

Permettent également de promouvoir les politiques horizontales de l'Union Européenne qui sont :

- Culture, éducation et jeunesse,

- Emploi et droits sociaux,

- Justice, Affaires intérieures et droits des citoyens, politiques transversales,

- Relations Extérieures et affaires étrangères

Ainsi, le projet promeut et favorise l'intégration régionale et la coopération entre les pays partenaires au moyen d'initiatives communes du partage de bonnes pratiques et de projet de coopération. 

Selon les données du HCR, quelque 98% des enfants réfugiés âgés de 6 à 13 ans ont été́ scolarisés dans les camps. Près de 1800 enseignants ont bénéficié́ d’incitations. 40.000 réfugiés sahraoui scolarisés sont répartis dans 9 écoles secondaires, 6 écoles primaires et un jardin d’enfant situés dans les camps de Smara, El Ayoune, Aswerd, Dakhla et Boujdour.

Dès le lycée, les jeunes sahraouis quittent les camps pour étudier dans différentes universités en Algérie où ils se retrouvent souvent désavantagés. Malgré l'aide des étudiants algériens à les accompagner dans la vie du quotidien, selon les bureaux des relations internationales des universités, ces derniers ont des difficultés à s’intégrer à cause de leur niveau de français et par les problèmes rencontrés avec les différentes communautés de réfugiés d'autres nationalités.

Les jeunes réfugiés sont confrontés à l'absence d'activités socio-culturelles et l’impossibilité de trouver un emploi malgré les diplômes, ce qui entraine des frustrations importantes chez beaucoup de ces jeunes qui peinent à accepter l’utilité d’une éducation complète pour un résultat de vie souvent maigre en termes d’accès à des postes d’emploi intéressants et rémunérés.

Le nombre de réfugiés inscrits au sein des universités algériennes partenaires: Sétif 2 (35 réfugiés), Ouargla (70), Bejaia (65) et Tizi Ouzou (30) démontre la nécessité d'établir un processus institutionnel intégré dans le projet d'établissement de chaque université au niveau national permettant l'intégration des réfugiés dans l'ensemble des universités algériennes au nombre de 107 avec plus de 5000 étudiants réfugiés en moyenne. Les activités Ci-RES constitue aussi une opportunité de renforcer le dialogue social et interculturel.

Le rôle du ministère serait de réglementer les actions réalisées par le projet afin d'offrir des possibilités d'emploi en travaillant avec les partenaires socio-économiques. Il permettra aussi le transfert des résultats à des niveaux plus hauts dans la hiérarchie gouvernementale afin d'adosser le projet de loi en préparation par le ministère des affaires étrangères.

Le projet Ci-RES est un projet structurel pilote destiné à trois (3) groupes cibles principalement impliqués dans le projet plus un groupe qui pourra assurer la pérennisation des résultats au niveau national algérien:

1. Le 1er groupe principal concerne les réfugiés (catégorie B dans le projet)"

Le projet cible les réfugiés dans chaque établissement partenaire algérien à travers la formation de 20 réfugiés au niveau des 04 universités algériennes. Des formations présentielles, participation aux portes ouvertes avec les acteurs socio-économiques et organisation d’activités culturelles, sportives et professionnelles permettraient aux réfugiés d'exprimer leurs besoins de travail et de communiquer leurs champs de compétences et d'intérêts.

2. Le 2ème groupe cible est les enseignants chercheurs (10 au total)» (catégorie A dans le projet). Les enseignants formateurs participeront à la lecture des cours, à l’organisation d’ateliers pratiques et à des stages de formation au niveau des universités européennes et ce afin de leur permettre de comprendre les besoins des étudiants réfugiés. Les enseignants formés participeront à la rédaction du règlement intérieur et à l'organisation des activités de sensibilisation culturelles et professionnelles.

3. Le 3ème groupe cible est le personnel administratif (10 au total) de l'ensemble des établissements algériens partenaires ainsi que les personnels chargés de la coopération et de l'insertion professionnelle au niveau du Ministère de l'enseignement supérieur algérien. Le personnel administratif aura une "formation à la carte" afin de gérer tous les aspects administratifs liés à l'accueil des réfugiés, l'orientation, le processus d'accréditation et de reconnaissance des crédits, et le suivi permanent pour le développement de la carrière académique et professionnelle pendant le module 2. Le bureau responsable des affaires des réfugiés se composera de l'ensemble du personnel formé au niveau de chaque université.

4. Le 4ème groupe cible est la "société civile" qui sera touchée à travers les activités du projet : par exemple les évènements de dialogue interculturel organisés dans l'ensemble des universités algériennes, les rencontres avec les employeurs potentiels, les actions de sensibilisation ainsi que les focus groupes. Leur rôle est essentiel pour appuyer les activités engagées et pour renforcer les activités de sensibilisation et de dissémination. 

A la fin du projet, un nombre de résultats seront atteints et peuvent être listés comme suit :

1. Le Règlement intérieur : Il définira les droits et obligations des étudiants réfugiés, il sera établi à partir d'un contrat de vie étudiante, passé entre l’établissement et les étudiants réfugiés. Ce contrat sera essentiellement basé sur la notion de respect : respect de soi, respect des autres et respect du cadre de vie. Le règlement permettra à chaque étudiant réfugié, chaque responsable légal et chaque membre du personnel de l’université de s’engager à respecter et faire respecter ce contrat. Le règlement intérieur veillera à faire attention à la situation particulière des réfugiés au sein de chaque établissement universitaire. Il comportera aussi des articles liés aux activités extérieures, dans le cadre de sorties pédagogiques, rencontres sportives, voyages linguistiques etc.

2. Le guide pratique : ce guide se veut suffisamment ouvert pour aborder clairement les avantages et les difficultés de la vie estudiantine des réfugiés. Il comportera des éléments ayant trait à l’aspect administratif, à l’accès à l’université et ses facultés, les spécialités, les parcours académiques mais aussi à la prise en charge administrative, psychologique et le suivi professionnel des étudiants réfugiés. Afin d’enrichir le guide pratique, les vocabulaires du guide seront élaborés avec la participation de tous les groupes cibles et sera ouvert à enrichissement.

3. Le bureau chargé des étudiants réfugiés : 04 bureaux au total, chaque bureau sera dédié à l'accueil des étudiants réfugiés au niveau du vice rectorat chargé des relations extérieures de chaque université partenaire. Il permettra l'accueil des réfugiés à l'université ainsi que l'accompagnement sur tous les niveaux de progression. Des étudiants algériens pourront aussi travailler avec ce bureau à travers les clubs d'étudiants afin d'accompagner ces réfugiés dans leur processus d'intégration.

4. Les bureaux annexes chargés des étudiants réfugiés au niveau des vice-doyens chargés des relations internationales au niveau des facultés : 33 bureaux au total qui seront des bureaux annexes dépendant du bureau principal au niveau du rectorat mais qui formeront des bureaux de référence pour les étudiants réfugiés au niveau des facultés afin de permettre une prise en charge plus rapide et effective selon les besoins spécifiques des étudiants et de leur profil académique.

5. Des personnels administratifs formés directement (10) qui pourront assurer la prise en charge administrative des réfugiés inscrits et ce pour les années futures : ça sera un résultat multiplicateur puisque le personnel aura les compétences nécessaires pour la prise en charge administrative effective des réfugiés. Ce qui permettra d'améliorer les services de l'université comme priorité nationale principale et ensuite, il pourra participer à former d'autres administrateurs au sein de l'université et aussi d'autres universités algériennes.

6. Des personnels académiques qualifiés (10) qui pourront apporter une réécriture du contenu des modules de formation proposés aux étudiants selon les nouvelles méthodes d'apprentissage et d’enseignement : Le personnel académique pourra participer à la réforme de l'enseignement supérieur par la reformulation et la modernisation des modules d'enseignement existant afin de permettre l'accès à d'autres catégories vulnérables dans l'enseignement supérieur. Une formation en l'APC, l'APS et L'approche interculturel permettra aux enseignants de répondre aux exigences d'une formation de qualité adaptée aux besoins des apprenants, et notamment des étudiants réfugiés.

7. Des étudiants réfugiés directement formés (20) en connaissances pédagogiques, aux procédures administratives et aussi au soutien et l'appui psychologique pour une meilleure intégration dans les universités en Algérie.

8. Une plateforme en ligne MOOC dédiée à la formation à distance qui s'aligne avec la stratégie de modernisation des méthodes d'apprentissage et d'enseignement basées sur les nouvelles technologies de l'information et de la communication proposées par le ministère de l'enseignement supérieur. Cette plateforme pourra aussi encourager d'autre formes d'internationalisation à domicile à l'exemple du programme Erasmus + Virtual Exchange de l'Union Européenne et auquel l'université Sétif 2 participe comme université pilote grâce au réseau UNIMED.

9. Un travail en amont avec la société civile et le Ministère. Ci-RES permettra de former un noyau composé des membres de la société civile, des ONGs, …etc. qui pourront participer à améliorer la vie des étudiants réfugiés dans les universités et à participer à l'intégration de cette catégorie dans l'enseignement supérieur, en particulier et dans la société, au sens large.

Prof. Naouel Abdellatif Mami

Coordinatrice du projet

Vice-Recteur Chargée des Relations Extérieures

Tél : 036 66 11 82

E-mail : dr.abdellatifnaouel@yahoo.fr

Université de Sétif 2

Sétif, Algérie