Définition du projet Ci-RES

Le projet Ci-RES est un projet structurel national (région 3) qui répond aux priorités nationales algériennes pour la catégorie 2 sur "l'amélioration de la gestion et des actions au niveau des institutions de l'enseignement supérieur". Il touche à la thématique nationale "services de l''université" et ce à travers la création et/ou la reformulation des services des établissements universitaires algériens partenaires du projet (en particulier) et de l'ensemble des universités algériennes (en général) à travers l'implication du MESRS algérien qui permettra par son pouvoir décisionnel de garantir l'application des mesures proposées par le consortium Ci-RES au niveau des services universitaires nationales.

Le projet tente de proposer de nouveaux services universitaires à travers la création d'un bureau dédié à l'accompagnement et au suivi des réfugiés à travers la création d'un guide institutionnel et d'un règlement interne. Les membres du service de suivi des réfugiés seront affiliés au vice rectorat chargé des relations extérieures des universités algériennes et travaillera en étroite collaboration avec le service de liaison professionnelle de l'université.

Au niveau régional, et toujours dans la catégorie 2, le projet touche à la priorité de "l'équité, l'accès à, et la démocratisation de l'enseignement supérieur à travers l'intégration des groupes vulnérables, des peuples et des régions. Il attache une importance particulière à la question des réfugiés et de leur intégration sociale et professionnelle en générale et au sein des établissements universitaires en particulier. Le rôle du ministère comme partenaire principal serait de légitimiser et de réglementer les actions entreprises par le consortium afin de les généraliser à l'ensemble des universités algériennes. Le projet propose une étude prospective de la situation des réfugiés qui transcende l'effectif actuel dans l'enseignement supérieur afin de proposer des mesures effectives et pérennes pour les futures générations de réfugiés actuellement scolarisés au primaire, au moyen et au secondaire et qui sont en croissance rapide chaque année. Selon le rapport mondial sur l'éducation 2019, la population de réfugiés à l’âge scolaire pourrait atteindre 22% d'ici 2030.

Le projet permet de mettre en relief les difficultés d'intégration au niveau de chaque établissement supérieur algérien partenaire au niveau social, académique et professionnel et propose des solutions concrètes à travers, la formation, le service et les activités culturelles, sportives et professionnelles. Ces activités touchent les trois catégories principales de la communauté universitaire : 1 les réfugiés, 2. le personnel académique et 3. le personnel administratif.

Finalement, il propose des mesures opérationnelles à travers la création du bureau des affaires des réfugiés et le règlement interne.

Les domaines abordés :

- L'accès des personnes défavorisées

- L'intégration des réfugiés

- Equité

Permettent également de promouvoir les politiques horizontales de l'Union Européenne qui sont :

- Culture, éducation et jeunesse,

- Emploi et droits sociaux,

- Justice, Affaires intérieures et droits des citoyens, politiques transversales,

- Relations Extérieures et affaires étrangères

Ainsi, le projet promeut et favorise l'intégration régionale et la coopération entre les pays partenaires au moyen d'initiatives communes du partage de bonnes pratiques et de projet de coopération.